1. OBJET
1.1.
Maintenir les normes de conduite les plus élevées pour les conseillers, les entraîneurs, les éducateurs ainsi
que pour toute personne jouant un rôle similaire dans un cadre d’apprentissage et d’enseignement, où il
existe une relation hiérarchique entre celui-ci et le joueur.
1.2.
Assurer un environnement d’enseignement ou d’apprentissage positif pour les joueurs ou les pratiquants.
1.3.
Assurer et maintenir une gestion et une conduite justes et ordonnées des tournois organisés par la FFBaD,
lorsqu’un entraîneur, un capitaine d’équipe ou un joueur se trouve sur l’aire de jeu en qualité de conseiller.
1.4.
Défendre l’image de marque de la FFBaD et préserver l’intégrité du badminton.

 

2. CHAMP D’APPLICATION
2.1.
Tous les entraîneurs, éducateurs et personnes assimilées assumant les responsabilités de conseiller.
Le conseiller peut être licencié ou non à la FFBad. Il peut ou non être titulaire d’un diplôme d’entraîneur.
2.2.
Tous les entraîneurs, les capitaines d’équipe, les membres d’une équipe et les joueurs qui prennent la
fonction de conseiller à l’arrière du terrain sur l’aire de jeu des compétitions autorisées par la FFBaD.
2.3.
Tous les conseillers, les entraîneurs, les capitaines d’équipe et les membres d’une équipe participant à une
compétition autorisée par la FFBaD doivent accepter ce code, les règles du badminton et le règlement
général des compétitions, et sont par conséquent tenus de les respecter.

 

3. DISPOSITIONS GENERALES – CODE D’ETHIQUE

Les conseillers, les entraineurs, les éducateurs, les capitaines et les membres d’une équipe concernés par ce
code de conduite sont tenus de se conformer aux dispositions générales du code d’éthique de la FFBaD
ainsi qu’aux valeurs, principes et comportements fondamentaux définis dans le code d’éthique de la FFBaD.

 

4. DISPOSITIONS SPECIFIQUES DU CODE DE CONDUITE
ROLE DU CAPITAINE D’EQUIPE
Les capitaines d’une équipe, les conseillers, les entraineurs ou autres représentants de l’équipe qui
assument le rôle de capitaine lors d’un tournoi autorisé par la FFBaD sont tenus de suivre les dispositions
spécifiques décrites dans le présent code de conduite :
4.1.
Relayer pleinement l’ensemble des informations sur les considérations techniques entre le juge-arbitre de la
compétition et les joueurs.
4.2.
Relayer pleinement l’ensemble des informations sur la logistique (le transport, l’hébergement, les horaires
d’entraînement, etc.) entre les organisateurs du tournoi et l’équipe ou ses joueurs.
FFBaD / GdB / édition – 2018/1Chapitre .3.8. Principes Sportifs > Code de conduite des conseillers, entraîneurs et éducateurs page 2
4.3.
Assister, au nom de l’équipe ou des joueurs, à la réunion planifiée des capitaines ou à toute autre réunion
demandée par le juge-arbitre de la compétition.
4.4.
Signaler tout forfait de joueur en temps utile et en suivant la procédure règlementaire.
ROLE DU CONSEILLER LORS DES TOURNOIS AUTORISES PAR LA FFBAD
Les conseillers, officiels d’équipe, capitaines d’équipe ou joueurs qui prennent la place et assument le rôle
d’un conseiller sur le terrain lors d’un tournoi autorisé par la FFBaD sont tenus de suivre les dispositions
spécifiques énoncées dans le présent code de conduite.
Ceux qui assument ce rôle doivent :
4.5.
S’habiller de façon appropriée : soit en portant la tenue de l’équipe (ou des vêtements de sport), soit en
portant un tee-shirt, un polo, une chemise ou un chemisier, et un pantalon long ou une jupe. Les tenues
inappropriées comprennent (entre autres) les jeans, le port de tongs ou de sandales, les bermudas et
shorts de bain. C’est au juge-arbitre qu’il revient de décider si la tenue est appropriée ou non ;
4.6.
Rester assis sur les chaises prévues à chaque extrémité du terrain derrière leurs joueurs sauf aux arrêts de
jeu autorisés. Toutefois, si un conseiller souhaite aller sur un autre terrain, il/elle doit le faire lorsque le
volant n’est pas en jeu ;
4.7.
Ne pas conseiller lorsque le volant est en jeu, ou de quelque manière que ce soit qui gêne le joueur adverse
ou perturbe le jeu ;
4.8.
Ne pas retarder le jeu en conseillant sous quelque forme que ce soit ;
4.9.
Au cours des arrêts de jeu autorisés pendant un match, retourner à leur chaise dès que l’arbitre annonce
« 20 secondes » ;
4.10.
Ne pas utiliser un langage grossier ou intimider, sous quelque forme que ce soit (cri, geste, autre …), un
spectateur, un officiel du tournoi, un officiel technique, un conseiller ou un joueur adverse ;
4.11.
Ne pas tenter de communiquer, de quelque façon que ce soit, avec des joueurs, des conseillers ou des
officiels d’équipe adverses ou utiliser un appareil électronique à quelque fin que ce soit (téléphones
portables, ordinateurs portables ou autres appareils similaires) ;
4.12.
Ne pas avoir, ou tenter d’avoir un contact physique déplacé, abusif ou intimidant, de quelque manière que
ce soit, avec un spectateur, un officiel du tournoi, un officiel technique, ou des joueurs, conseillers, officiels
d’équipe adverses ;
4.13.
Ne pas discréditer dans les médias, avant, pendant ou après le tournoi, les officiels du tournoi, les officiels
techniques, les entraîneurs, officiels d’équipe et/ou joueurs adverses, par des commentaires qui soient de
nature personnelle, impliquant des préjugés ou remettant en question leur intégrité.
ENTRAINEURS/EDUCATEURS
Les entraîneurs ou les éducateurs qui assument un rôle d’entraîneur, de tuteur, de formateur ou
d’éducateur, et qui enseignent aux joueurs et aux apprenants les compétences techniques, physiques,
tactiques et les connaissances du badminton ou tout autre contenu, doivent :
4.14.
Agir en modèle et promouvoir les aspects positifs du sport et du badminton. Toujours maintenir un haut
niveau de conduite personnelle et professionnelle ;
FFBaD / GdB / édition – 2018/1Chapitre .3.8. Principes Sportifs > Code de conduite des conseillers, entraîneurs et éducateurs page 3
4.15.
Reconnaître leur responsabilité vis-à-vis du sport, des joueurs entraînés, des autres entraîneurs, des
parents, de la FFBaD et des officiels du sport ;
4.16.
Comprendre et respecter les règles de confidentialité ; veiller à ce que les informations confidentielles et
personnelles relatives aux élèves et/ou aux pratiquants, aux collègues, à la FFBaD et aux autres personnes
en interaction ne soient utilisées que de manière appropriée ;
4.17.
Traiter tous les élèves et/ou les pratiquants de manière égale et avec respect, équité, honnêteté et
cohérence, indépendamment de leurs origines, croyances et capacités ;
4.18.
Prendre des mesures adaptées et appropriées pour encadrer les élèves et/ou les pratiquants et protéger
leur bien-être et leur santé ; comprendre son rôle à jouer et assumer ses responsabilités et ses devoirs lors
de temps d’enseignement ou d’entraînement qui concernent des mineurs (personnes âgées de moins de 18
ans) ;
4.19.
Utiliser des méthodes de formation appropriées qui, à long terme, profiteront aux élèves et/ou aux
pratiquants et éviteront tout ce qui pourrait leur porter préjudice ; s’assurer que les tâches et les activités
conviennent à l’âge, à l’expérience, aux capacités et aux conditions physiques et psychologiques des élèves
et/ou des pratiquants ;
4.20.
Etre juste dans l’évaluation des élèves et/ou des pratiquants et être certain que ces évaluations sont en
adéquation avec les objectifs de l’apprentissage ; apporter des commentaires bienveillants et honnêtes ;
4.21.
Toujours offrir et maintenir une relation de travail professionnelle avec les élèves et/ou les pratiquants ;
être conscient du pouvoir inhérent à la fonction de conseiller, tuteur, formateur ou instructeur et de la
responsabilité qui en découle ; maintenir une frontière claire entre l’amitié et l’intimité avec les élèves et/ou
les pratiquants et ne pas s’engager dans des relations inappropriées avec les élèves et/ou les pratiquants ;
4.22.
Eviter toute situation avec les élèves et/ou les pratiquants qui pourrait être interprétée comme
compromettante ;
4.23.
Proscrire tout commentaire négatif, désobligeant ou personnel par le biais des médias ou des réseaux
sociaux qui pourraient impliquer un parti pris ou remettre en question le professionnalisme ou l’intégrité de
l’entrainement, de l’enseignement ou des élèves et/ou des pratiquants.
4.24. Paris, jeux d’argent et résultats de matchs irréguliers
Se référer aux dispositions du règlement relatif aux jeux et paris en ligne de la FFBaD (Guide du Badminton
– Chapitre 1.6. Organisation de la Fédération > Règlement relatif aux jeux et paris en ligne).
4.25. Lutte contre le dopage
Ne pas entreprendre de mesures encourageant, facilitant, associant ou soutenant, sous quelque forme que
ce soit, un comportement ou des actions qui contreviennent au règlement disciplinaire relatif à la lutte
contre le dopage de la FFBad (Guide du Badminton – Chapitre 7.3. Litiges et discipline> Règlement relatif à
la lutte contre le dopage).
FFBaD / GdB / édition – 2018/1Chapitre .3.8. Principes Sportifs > Code de conduite des conseillers, entraîneurs et éducateurs page 4
4.26. Autre conduite contraire à la probité du sport
4.26.1. Les conseillers, entraîneurs, éducateurs, capitaines d’équipe et représentants de l’équipe ont
l’interdiction d’avoir une conduite contraire à l’intégrité du badminton.
4.26.2. Si un conseiller, entraîneur, éducateur, capitaine d’équipe ou représentant de l’équipe est reconnu
coupable d’infraction grave au code pénal de n’importe quel pays, la sanction prévue (incluant
l’emprisonnement) est considérée par définition comme un comportement contraire à l’intégrité du
badminton.
4.26.3. De plus, si un conseiller, entraîneur, éducateur, capitaine d’équipe ou représentant de l’équipe, à
quelque moment que ce soit, s’est comporté de façon à nuire gravement à la réputation du sport, il
peut, en vertu de ce comportement, être considéré comme ayant porté atteinte à l’image de
badminton.